TIG fil-chaud avec Inconel 625 (NiCrMo-3)

Le procédé Hotwire TIG  (TIG fil-chaud) utilise un fil de soudage préchauffé (effet I²R) qui est ajouté au bain de soudure, ce qui signifie que le bain de soudure subit un refroidissement beaucoup moins important et offre donc une vitesse de soudage plus élevée avec une dilution moindre avec le métal de base. Le procédé est souvent appliqué pour les revêtements internes et peut être très bien automatisé. Les fils MIG/MAG standards sont souvent utilisés mais ne sont généralement pas conçus pour ce procédé car ils comportent un lubrifiant en surface qui a été développé pour le soudage Mig/Mag. Ceweld® propose des versions spéciales de différents alliages spécialement conçus pour le soudage TIG fil-chaud. Ces fils conviennent pour le soudage multicouche sans nettoyage intermédiaire entre les couches car ils sont nettoyés d'une manière chimique spéciale. Inconel® 625.

1. Gaz de protection contenant de l'hydrogène

L'idée est que l'utilisation d'un mélange  98%Ar + 2% H2 pour le soudage TIG au fil chaud ERNiCrMo-3 "625" réduit les défauts et améliore la productivité. La plupart des défauts dans 625 sont des inclusions d'oxyde. L'hydrogène a une forte affinité pour l'oxygène, il agit donc comme un flux pour réduire les oxydes provenant de la contamination des pièces, des fils et des gaz de protection. L'industrie est réticente à l'utilisation de l'hydrogène comme gaz de protection car le revêtement 625 est spécialement conçu pour atténuer les fissures induites par l'hydrogène.
 
Cependant, l'ERNiCrMo-3 n'est pas un métal d'apport à faible teneur en hydrogène à 8,5 ppm d'hydrogène. L'hydrogène dans le fil représente 90 % de l'hydrogène diffusible dans la soudure, lors du soudage avec 98Ar 2%H2. Le préchauffage et le post-chauffage réduisent l'hydrogène diffusible de 30 %. Dans le pire des cas, sans préchauffage, sans trempe immédiate et sans maintien dans l'azote liquide, il n'y a que 0,9 ml/100 g dans le métal de soudure. C'est moins de la moitié de la spécification la plus stricte publiée en matière de faible teneur en hydrogène. Des essais complets de qualification des procédures de soudage ont été effectués sur les soudures à l'argon et à l'argon/hydrogène pour démontrer que les propriétés mécaniques ne sont pas affectées. Enfin, à l'aide d'une technique d'examen microscopique, l'équipe a quantifié la qualité des soudures pour montrer que la qualité des soudures s'améliore avec les mélanges d'hydrogène.